La maison d'à côté - Lisa Gardner

La maison d'à côté - Lisa GardnerLisa Gardner est une écrivaine américaine. Auteure de plusieurs thrillers, elle est considérée comme l'une des grandes dames du roman policier féminin. Elle publie également des romans sous le pseudonyme d'Alicia Scott.

Ses autres romans : Jusqu'à ce que la mort vous sépare (1998) ; Tu ne m'échapperas pas (2003) ; La vengeance aux yeux noirs (2004) ; Sauver sa peau (2007) ; Les morsures du passé (2010) ; Disparue (2010) ; Derniers adieux (2011)

Nombre de pages : 521 pages

Prix : 7,60€

Lire le 1er chapitre.

Grand prix des lectrices de Elle 2011

******

Un fait divers dans une banlieue résidentielle de Boston passionne les médias. Sandra Jones, jeune professeure de collège et mère modèle, a disparu. Seul témoin : sa fille de quatre ans. Suspect n°1 : son mari Jason. Tente-t-il de brouiller les pistes ou cherche-t-il à protéger sa fille ? Mais de qui ?

Après Sauver sa peau, une nouvelle enquête particulièrement surprenante de la non moins surprenante D.D. Warren. Vous ne regarderez jamais plus une porte déverrouillée, une fenêtre entrouverte ou une page web de la même façon…

******

Tu ne le sais peut-être pas, mais je ne suis pas spécialement une grande amatrice de thriller. Pourtant, après avoir lu le génial Robe de Marié dont je parle ici, je me suis dit que ce serait peut-être bien de m'y mettre et que ça me changerait de mes lectures du moment.

Pourtant, je n'ai pas spécialement cherché La maison d'à côté. Je suis abonnée à un genre de club de lecture qui s'appelle My little Book Club, et qui m'envoie assez régulièrement par mail une petite sélection de livres. Dans les policiers, il y avait ce roman, avec un résumé à leur sauce et comme toujours, le 1er chapitre offert. J'ai donc lu ce chapitre sans avoir vu la 4e de couverture, et c'est ça qui m'a donné envie de l'acheter pour avoir la suite, car honnêtement je n'ai pas trouvé le résumé génial, on ne dirait qu'un énième roman policier parmi l'énorme masse qu'il y a déjà. Mais ce 1er chapitre est accrocheur, très accrocheur, et c'est pourquoi je t'ai mis le lien en haut de cet article :)

Ce qui m'a le plus étonnée, c'est la façon dont est construit ce livre. Ce fameux premier chapitre est raconté par Sandra, la mère de famille disparue, qui nous raconte sa soirée avant que tout bascule, et qui se termine au moment où elle reconnait la personne rentrée chez elle et qu'elle nous dit "Je vous jure que je n'ai pas fait un bruit.". Ce qu'il se passe ensuite, on l'ignore. Cependant, la narration de Sandra ne disparait pas. Au contraire, on retrouve régulièrement au fil du livre des passages où elle est encore la narratrice, nous racontant certains de ses souvenirs, qui sont d'ailleurs très utiles pour comprendre l'histoire de sa famille et de cette étrange disparition. On ne sait donc pas si elle raconte cela parce qu'elle est encore en vie où si ce sont toutes les pensées qui lui sont venues au moment ou l'inconnu est entré chez elle... On ne sait absolument rien.

Son mari, Jason, est le suspect numéro 1 dans cet affaire. Il est froid, distant, parait complètement détaché de l'affaire et on sent qu'il cache quelque chose, ce qui en fait le suspect idéal. Le second suspect est Aiden, un délinquant sexuel qui habite dans la même rue que la famille Jones, et qu'on suit au moins autant que Jason dans la narration.

On fait également la connaissance de Ree, la fillette de 4 ans de Jason et Sandra, qui est le témoin principal de l'affaire puisqu'elle était présente lorsque sa mère a disparu. On rencontre aussi D.D., qui est chargée de l'enquête (et apparemment un personnage récurent des romans de Lisa Gardner) et fait équipe avec Miller, un moustachu assez sympathique.

J'ai beaucoup aimé D.D. et sa constante ironie, qui change des enquêteurs vieux et torturés dont les romans policiers sont coutumiers. La petite Ree, très éveillée pour son âge, m'a vraiment attendrie, et les moments où elle réclame sa maman sont poignants. Jason, qui est présenté comme quelqu'un de froid et désagréable par D.D., m'est pourtant apparu comme assez touchant et émouvant lorsque la narration était portée sur lui ; la façon dont il protège sa fille coute que coute et le secret qu'il porte m'ont fait croire en lui jusqu'au bout, mais je ne te dirai pas si j'ai eu tort ou non. Sandra, au contraire, m'a paru antipathique au début, mais au fil de l'eau, alors qu'on en apprend plus sur elle, on comprend certaines choses et j'ai fini par l'apprécier également. Il y a par contre un personnage que je n'ai pas du tout aimé, c'est Aiden, le délinquant sexuel. Il me mettait très mal à l'aise, bien que l'auteure ait tout fait pour qu'on le prenne en pitié, mais je n'ai absolument pas accroché. Je n'aimais pas sa personnalité de perdant, de soumis, ni sa petite vie pitoyable et sans ambition.

D'autres personnages apparaissent au fil des pages, mais je ne peux pas t'en parler sous peine de gâcher le suspense.

Dans ce roman, le thème plutôt délicat de la pédophilie et des délinquants sexuels est mis en avant, et j'ai l'impression que l'auteure essaye vraiment de nous montrer qu'il ne faut pas tous les mettre dans le même panier, qu'il y a quand même une différence entre un jeune de 19 ans qui a un rapport consenti avec une jeune fille de 14 ans (ce qui est le cas d'Aiden) et un pervers de 50 ans qui attouche des enfants de même pas 10 ans. Je suis tout à fait d'accord avec ce point de vue, mais si ce n'est pas ton cas, ce livre te fera peut-être revoir tes opinions, car le tout est amené avec beaucoup de finesse.

On en apprend aussi beaucoup sur les rouages du système judiciaire américain, à travers les souvenirs d'anciennes enquêtes de D.D., la connaissance des lois de Jason etc., et c'est une partie très intéressante et instructive du roman.

L'intrigue est prenante et s'accélère de plus en plus, pour arriver à une fin dont on ne se serait jamais douté et après cette lecture, tu te méfieras un peu des a priori et beaucoup des nouvelles technologies...

J'ai apprécié l'écriture de Lisa Gardner, que je trouve agréable et pleine d'humour sans pour autant en faire trop. Elle arrive, même dans certaines situations terribles, à garder une touche d'humour, souvent au travers du comportement de Ree ou des dialogues entre D.D. et Jason. Enfin, quand je dis humour, ce n'est pas la grande poilade, mais c'est tellement versé dans l'ironie que c'est vraiment génial, c'est pourquoi j'ai décidé de t'inonder d'extraits, car je n'arrivais pas à n'en choisir qu'un !

******

"Et ensuite, je me suis dit, en voyant ce qu'il avait à la main, qu'il ne fallait pas que je crie. Il fallait que je protège ma fille, ma précieuse petite fille toujours endormie à l'autre bout du couloir. Il est entré dans la chambre. A levé les deux bras. Je vous jure que je n'ai pas crié." (p. 14)

******

"Jason réfléchit, prit dans la voiture son calepin et le feutre Crayola rouge de Ree. Il arracha deux feuilles et écrivit en lettres capitales : EN QUARANTAINE : Chat enragé. Attention. Ne pas toucher.

Il mit une feuille à l'avant de la voiture et l'autre à l'arrière. Puis il regarda M. Smith, qui ouvrit paresseusement un oeil doré, bâilla et se rendormit.

- Sois un bon chat enragé, murmura Jason." (p. 180)

******

"Il avait l'air exténué, pas au mieux de sa forme. Mais il avait aussi l'air d'un homme dur, peut-être même dangereux, le genre d'individu susceptible d'avoir un tempérament violent et de battre sa femme et sa fille en cachette. Il essaya différentes positions pour ses lèvres, fit diverses grimaces. Mari éploré, se répéta-t-il. Mari éploré. (...) Il décida qu'il garderait la tête baissée. Accablé par le chagrin. C'était ce qu'il pouvait faire de mieux." (pp. 229-230)

******

"- Papa ?

- Ce n'est rien, chérie. Ce sont des journalistes. C'est leur travail de poser des questions, un peu comme c'est mon travail de poser des questions. Sauf que j'écris dans un journal, alors que ces reporters parlent à la télé.

Elle le regarda à nouveau, et l'inquiétude marqua encore d'avantage ses traits tirés. (...)

- Quand on va descendre de voiture, ça va faire du bruit. Ils vont se mettre à poser plein de questions bizarres tous en même temps et tiens-toi bien : ils ne lèvent pas le doigt.

La remarque attira l'attention de Ree.

- Ils ne lèvent pas le doigt ?

- Non. Ils parlent tous en même temps. Ils n'attendent pas leur tour, ils ne disent pas excusez-moi, rien. (...)

Il montra la foule bruyante sur le trottoir et Ree poussa un soupir d'exaspération. Sa nervosité avait disparu. Elle était maintenant prête à descendre de voiture, ne serait-ce que pour montrer sa désapprobation à une bande d'adultes mal élevés."(p. 283)

******

"Immédiatement, Jason s'interposa entre sa fille et lui, armé d'un chat dans une main et d'un trousseau de clés dans l'autre." (p. 285)

******

Lisa GardnerConclusion : Un très bon thriller avec des personnages pour la plupart attachants, une fin plus ou moins inattendue et surtout une écriture très agréable. Je le conseille à tout les amateurs du genre !

Lisa Gardner

Commentaires (2)

1. la fée cassou (site web) 17/07/2013

Alors lui il est dans ma PAL, et j'ai très envie de le lire. Du coup, j'ai pas lu ton article, j'ai pas osé. Par contre, dès que je le lis, je viens voir ton article pour voir si on en a pensé la même chose.
Bon si d'accord, j'ai quand même lu ta conclusion. :)

2. jiill (site web) 17/07/2013

J'ai essayé de mettre le moins d'info possible dans mon article, mais c'est vrai que c'est toujours mieux de lire un thriller sans rien en savoir, en général je préfère.
En tout cas j'ai trouvé ce livre vraiment pas mal, j'espère que toi aussi !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site