Jeunesse & Young Adult

Malédiction du sang - Célia Rees

Malédiction de sang - Célia ReesCélia Rees est diplômée d’Histoire et de Sciences politiques de l’Université de Warwick. Elle a d’abord enseigné l’anglais en collège à Coventry pendant plus de dix ans avant de se lancer dans l’écriture. Son premier roman, Every step you take a été publié en 1993 en Angleterre. Journal d’une sorcière (éditions du Seuil) fut le premier à être publié en France en 2002, où il a reçu le Prix Sorcières 2003 du roman pour adolescents. Ce titre a été suivi de Vies de sorcières et de Mémoires d’une pirate, parus au Seuil en 2003 et 2004 pour l’édition française.

******

"A seulement seize ans, Ellen souffre d'une étrange maladie du sang. Dans la maison londonienne de sa grand-mère, où elle tente de reprendre des forces, sa seule distraction est la lecture des journaux intimes de son arrière-arrière-grand-mère, dénichés dans une malle au grenier. Ellen se plonge avec passion dans le quotidien de cette jeune fille déterminée, élevée par son père médecin, en pleine période victorienne. Avec l'arrivée chez eux d'un comte séduisant, d'une pâleur et d'une étrangeté glaçantes, le destin de la jeune fille bascule... Au fil des pages, Ellen a l'impression d'être plongée dans un palpitant roman sur les vampires. Sauf que cette histoire est vraie. Sauf que, parallèlement à sa lecture, la jeune fille se sent de plus en plus mal, comme si la malédiction dont avait été victime son ancêtre perdurait dans ses veines..."

Ses autres romans : Every step you take (1993) ;  Journal d’une sorcière (2002) ; Vies de sorcières (2003) ; Mémoires d’une pirate (2004)

Nombre de pages : 260 pages

Prix : 13,90 €

******

J'ai eu vent de ce livre grâce à Pedro du blog "Books, tea time et sweet apple pie" (qui est d'ailleurs un super blog que je conseille à tout le monde), et je ne regrette absolument pas ma lecture ! C'est le 2e livre que je lis de Célia Rees (d'ailleurs il faut ab-so-lu-ment que te parle de l'autre), et j'aime toujours autant l'ambiance qu'elle met dans ses livres et son écriture, simple mais efficace ! Ses romans ont presque tous un côté historique que j'aime beaucoup, peu importe que ce soit une lecture classée comme "jeunesse" ou pas :)

Ce livre, que j'ai lu en une nuit, est très prenant et je n'ai pas pu me résoudre à le refermer avant d'avoir eu le fin mot de l'histoire !

Alors oui, c'est un livre sur les vampires, oui, il y a une histoire d'amour (mais dieu merci on échappe au fameux triangle amoureux), mais non, ça ne ressemble absolument pas à Twilight ou à tous les autres romans de vampires qui ont fleuris un peu partout après son succès. Pour la simple et bonne raison que Malédiction de sang a été écrit bien avant Twilight ! Cependant, il n'est sorti en France que suite à cette mode des vampires, alors au moins pour ça on peut dire merci à Twilight ^^

Ellen est une jeune fille de 16 ans, mais au lieu d'aller au lycée et d'avoir les préoccupations des filles de son âge, elle vit chez sa grand-mère et ne va plus à l'école, car elle souffre d'une maladie étrange, que personne ne peut soigner ni même expliquer, une maladie du sang qui l'affaiblie de jours en jours. Dans le grenier de sa grand-mère, elle retrouve une malle contenant des objets ayant appartenu à son arrière-arrière grand-mère, qui s'appelle Ellen, tout comme elle. Parmi ces objets se trouvent les journaux intimes de son aïeule, racontant sa vie à l'époque victorienne, et sa rencontre avec un comte et sa cousine, mystérieux invités de son père dans l'hôpital qu'il dirige...


Malgré le fait que l'on sente qu'il s'agit d'un livre pour ados, j'ai beaucoup aimé ma lecture et je me suis vraiment attachée aux personnages, notamment à Ellen et sa grand-mère, qui forment un duo très mignon :)

Le style est fluide, agréable à lire sans en faire trop, et pour une fois, rien de gnangnan à signaler !

Conclusion : C'est un livre que je recommande à tous ceux qui aiment les histoires sur les vampires, ainsi qu'à ceux qui aiment les romans historiques, car je trouve la partie sur l'ancêtre d'Ellen vraiment développée et intéressante.

La malédiction de l'épouvanteur - Tome 2 - Joseph Delaney

La malédiction de l'épouvanteurJoseph Delaney est né en 1945 à Preston, en Angleterre. Il a tout d'abord exercé la profession de professeur d'anglais spécialisé en littérature fantastique. Sa carrière d'écrivain a commencé avec le livre Mercer's Whore sous le pseudonyme de J. K. Haderack. Spécialisé dans les romans de jeunesse, il a ensuite utilisé son véritable nom pour écrire le cycle The Wardstone Chronicles (littéralement « Les Chroniques de la pierre des Ward ») connu officieusement comme la série de l'Épouvanteur. Il vit en Angleterre avec sa famille dans le Lancashire, où il puise son inspiration pour son œuvre.

Nombre de pages : 361 pages

Prix : 11€90

Feuilleter un extrait ici.

Site sur la série ici.

******

"Voilà six mois que tu es l'apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l'obscur t'a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l'obscur d'avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C'est pour cela que je t'ai donné la vie."

L'Épouvanteur et son apprenti, ornas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l'Épouvanteur n'a jamais réussi à vaincre. On l'appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n'est pas leur seul ennemi. L'inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l'obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l'horreur qui s'annonce?

******

Encore une fois, la couverture de ce tome est vraiment magnifique ! Je ne vais pas t'en parler pendant 107 ans, mais vraiment je trouve qu'on a de la chance de les avoir :)

Je vais à nouveau te répéter l'avertissement écrit sur la 4e de couverture, afin que tu sois tout de suite plongé(e) dans l'ambiance et que tu sache à quoi t'attendre :

"Attention, histoire à ne pas lire la nuit..."

"Pour les lecteurs avertis."

"Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de perturber les jeunes lecteurs."

Ce deuxième tome est un peu plus sanglant que le premier, mais toujours pas de quoi t'empêcher de dormir la nuit, donc pas de panique !

Dans ce tome, qui commence 6 mois après le premier, Tom et son maître vont devoir affronter une créature de l'obscure très puissante : le Fléau. Elle a été enfermée dans les catacombes de la cathédrale de Priestown, et l'épouvanteur n'a jamais réussi à la vaincre. Malheureusement, elle gagne en puissance et arrive désormais à contrôler certains habitants en s'infiltrant dans leur esprit. Un autre problème se pose : l'inquisiteur est arrivé à Priestown, et Tom et son maître vont devoir ruser pour faire leur travail sans se faire remarquer, car ils risquent le bûcher, les épouvanteurs étant souvent accusés de traiter avec l'obscur.

On en apprend un peu plus sur la mère de Tom ainsi que sur Alice, en qui l'épouvanteur n'a aucune confiance mais que Tom apprécie beaucoup, et qui est un sujet constant de dispute entre eux. On rencontre aussi beaucoup de nouveau personnages, dont certains membres de la famille de l'épouvanteur.

J'apprécie toujours autant la plume de Joseph Delaney, et Tom a gagné en maturité dans ce tome qui est toujours aussi intéressant.

"Une boule m'obstruait la gorge. Je me sentais chez moi dans la maison de l'épouvanteur ; j'aimais ses leçons, nos conversations, et même les moments terribles où nous devions affronter l'obscur. Je redoutais de perdre tout cela, et l'idée que mon maître puisse être brûlé vif m'emplissait d'horreur.

Maman avait raison. J'avais eu des doutes sur mes capacités à devenir l'apprenti de l'épouvanteur ; j'avais craint la solitude. Elle m'avait affirmé que mon maître, bien qu'étant mon professeur, finirait par être mon ami. Je ne savais pas si c'était vraiment le cas, car il s'était souvent montré dur et sévère. Mais, oui, s'il disparaissait, il me manquerait." (p. 187)

Joseph DelaneyConclusion : Un deuxième tome prometteur et toujours aussi bien écrit, avec des personnages attachants et une intrigue prenante.

Voilà également l'autre version de la couverture (qu'on a la chance de ne pas avoir), que je trouve aussi banale que la précédente.

The Spook's curse

L'âme emmurée - Freddy Woets

L 'âme emmurée - Freddy WoetsFreddy Woets est né à Liège en 1949. Il a fait les Beaux-arts et a commencé à écrire des poèmes. Il s'est installé à Paris depuis une vingtaine d’années et est tout à la fois journaliste, écrivain et auteur dramatique pour la radio.

Autres romans : La disparue de Bruges (2010) : Le royaume du Ker d'Ys (2011) ; L'orage qui allait jusqu'en Chine (2012)

Nombre de pages : 130 pages

Prix : 12€95

******

"Alix,16 ans, vit au milieu d'un parc, dans une propriété aussi vaste que sinistre. Entre un père hautain, professeur en chirurgie cardiaque, et une mère mentalement absente, la jeune fille se sent très seule. Un jour, en rentrant de son cours de violoncelle, elle découvre sa partition maculée de sang, et le soir, au dîner, un liquide rougeâtre s'écoule du plafond sur la nappe blanche. Ce n'est qu'un radiateur qui fuit, mais la chambre du dessus était celle d'une fille de l'âge d'Alix, violoncelliste comme elle, morte dans d'étranges circonstances bien des années plus tôt. Bientôt l'horreur s'installe dans la maison..."

******

En ce moment, je me passionne pour les livres avec des secrets de famille style roman anglais du XVIIIe, mais là j'avais envie de changement avec un truc un peu flippant, qui change du gnangnan des histoires d'amour dont ce genre de livre est coutumier.

Je te préviens tout de suite, si toi aussi c'est ce que tu recherches, passe ton chemin ! J'ai mis ce livre dans la catégorie "horreur" car je me suis dit que c'est peut-être là que tu irais le chercher, mais j'aurais du lui faire une catégorie spéciale du genre "léger frisson", parce que franchement, même en sachant que ce livre est destiné à un lectorat assez jeune, "horreur" me parait un peu exagéré.

C'est l'histoire d'Alix, 16 ans, qui vit avec son père et sa mère dans une maison étrange et tellement loin de tout qu'elle l'appelle "l île déserte". Ses parents, Marie-Odile et Pierre-Jean,  sont des gros bourges tellement stricts et coincés qu'ils se vouvoient entre eux, et même Alix doit les vouvoyer. Elle étudie le violoncelle au conservatoire mais n'y a pas un seul ami ; elle se sent donc bien seule. Un jour, elle découvre une trace de main ensanglantée sur sa partition, puis un liquide sombre se met à couler sur la table de la salle à manger. Elle se renseigne alors en cachette de ses parents et, grâce à Solange, la cuisinière, elle apprend que la jeune fille habitant là avant eux est décédée dans d'étranges circonstances. Une suite d’événements bizarres se succèdent alors...

J'ai été attirée par ce livre grâce à sa couverture façon films d'horreur un peu vieillots, et j'ai d'ailleurs été étonnée de voir que ce roman date seulement de 2013 ! Je lui aurais donné au moins 20 ans de moins.

L'ambiance du livre, pourtant, ne nous plonge pas du tout dans un film d'horreur. Je trouve que l'auteur peine à donner un côté angoissant à son livre malgré la solitude d'Alix, l'isolement de la maison et les choses bizarres qui s'y passent. Je me suis un peu ennuyée durant ma lecture mais j'ai persisté car j'espérais vraiment que le roman allait devenir de plus en plus oppressant, inquiétant, mais malheureusement ce n'est pas le cas. Je pense que c'est du au fait que le livre soit très court, car l'auteur ne peut pas prendre le temps d'installer un malaise, une angoisse petit à petit et les événements s'enchainent, peut-être un peu trop rapidement à mon goût.

En plus, l'auteur arrive même, au milieu de tout ça, à nous caser une histoire d'amour gnangnan qui m'a paru bien peu crédible. Alors là j'ai envie de dire : est-ce que c'est bien nécessaire de nous mettre des histoires d'amour à toutes les sauces dans le moindre roman ? D'autant plus qu'ici, j'ai l'impression que cette histoire prend le pas sur l'intrigue, et ça a tué mes derniers espoirs de lire quelque chose d'effrayant.

La fin, plutôt terre à terre, me parait un peu "facile" et là je me suis dit "Quoi ? Mais tout ça pour ça !".

******

"Du regard, elle chercha de l'aide auprès de sa mère, qui grignotait une biscotte dans le plus grand silence. Mais maman était perdue dans ses pensées.

- Père, les fenêtres étaient fermées, et pourtant, il faisait un froid de canard, je vous assure ! D'ailleurs, je suis enrhumée !

- Marie-Odile, pourriez-vous dire à notre fille qu'il n'est pas exceptionnel d'être enrhumée en novembre, sous nos latitudes pluvieuses et venteuses ? ironisa son père.

- Je vous demande pardon ? fit Marie-Odile en sursautant.

- Alix, auriez-vous la gentillesse de narrer vos mésaventures nocturnes à votre mère ?

- Mésaventures nocturnes ? répéta Marie-Odile, interloquée.

Alix répondit que ce n'était rien, que les courants d'air avaient leurs quartiers dans cette vieille bâtisse et que, sans doute, son imagination avait fait le reste. Mais son père était déjà retourné dans l'actualité politique, et sa mère dans ses rêveries entre biscotte et darjeeling." (pp. 8 et 9)

******

Je viens de relire ma chronique et me trouve peut-être un peu sévère, d'autant plus que les avis que j'ai lus sur le net étaient plutôt positifs. A la décharge de l'auteur, je tiens à préciser que le seul autre roman d'horreur que j'ai lu est Simetierre de Stephen King, et j'espérais retrouver un peu ce genre d'ambiance. Moralité : la prochaine fois que je voudrais lire un truc qui ressemble à Stephen King, la meilleure chose à faire sera de lire du Stephen King, tout simplement :)

Freddy Woets.jpgConclusion : Un livre sympa pour un lectorat assez jeune, mais je pense que passé 14 ans tu risque de t'ennuyer avec ce livre, bien qu'il soit écrit sur la couverture "de 10 à 110 ans". Je pense que le fait qu'il soit court joue un rôle important, car l'auteur n'a pas le temps de créer une atmosphère vraiment oppressante (surtout en casant cette fichue histoire d'amour). Après, si tu es en panique dès qu'on parle de bruits dans le couloir ou de fantômes, dans ce cas tu vas être servi(e) ;)

L'apprenti épouvanteur - Tome 1 - Joseph Delaney

L'pprenti épouvanteur - T1- Jospeh DelaneyJoseph Delaney est né en 1945 à Preston, en Angleterre. Il a tout d'abord exercé la profession de professeur d'anglais spécialisé en littérature fantastique. Sa carrière d'écrivain a commencé avec le livre Mercer's Whore sous le pseudonyme de J. K. Haderack. Spécialisé dans les romans de jeunesse, il a ensuite utilisé son véritable nom pour écrire le cycle The Wardstone Chronicles (littéralement « Les Chroniques de la pierre des Ward ») connu officieusement comme la série de l'Épouvanteur. Il vit en Angleterre avec sa famille dans le Lancashire, où il puise son inspiration pour son œuvre.

Nombre de pages : 275 pages

Prix : 13,50€

Site sur la série ici.

******

"L’Épouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable."

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

******

Tout d'abord, je vais te répéter l'avertissement écrit sur la 4e de couverture, afin que tu sois tout de suite plongé(e) dans l'ambiance et que tu sache à quoi t'attendre :

"Attention, histoire à ne pas lire la nuit..."

"Pour les lecteurs avertis."

"Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de perturber les jeunes lecteurs."

Bon, je te rassure, ces avertissements sont un peu exagérés. C'est vrai qu'il y a beaucoup de scènes où il y a du sang, de gens qui meurent etc, mais autant j'ai horreur du sang en général, autant là, ça ne m'a absolument rien fait. Donc pas de soucis de ce côté là.

Maintenant, laisse-moi te parler de la couverture, que je trouve superbe. La photo ne lui rend pas justice, mais il s'agit d'une imitation cuir, avec les écritures et le dessin en relief, et qui est du plus bel effet dans une bibliothèque. J'adore l'esprit épuré, ça change des romans de fantasy qu'on trouve en librairie et qui se ressemblent tous, et c'est d'ailleurs grâce à ça que j'ai repéré ce livre.

Tom Ward est le septième fils d'un septième fils, et en cette qualité il ressent des choses que seuls les septièmes fils ressentent (un grand froid lors de l'approche de l'obscur, la capacité de voir les esprits...), ce qui les privilégie pour devenir épouvanteurs. Cependant, avant de pouvoir lutter seul contre les forces de l'obscur, un futur épouvanteur doit d'abord être en apprentissage durant cinq ans chez un autre épouvanteur. Les habitants du Comté, bien qu'ils fassent appel à eux pour les débarrasser des esprits et autres gobelins qui les harcèlent, craignent les épouvanteurs et font tout pour les éviter, craignant qu'ils n'attirent l'obscur chez eux. On peut donc comprendre que le jeune Tom ne soit pas hyper jouasse à l'idée de devenir l'apprenti de John Gregory et d'en faire son métier. Cependant, sa mère, qui n'est pas tout à fait comme les autres, l'encourage dans cette voie car d'après elle, son fils va devenir le plus grand épouvanteur jamais connu, le premier à faire trembler l'obscur, le seul espoir du Comté. Il a donc une lourde responsabilité et sa tâche ne sera pas de tout repos.

Dans ce premier tome, Joseph Delanay plante le décors pour ses futurs tomes et met en place l'intrigue principale de la série : Qui est vraiment la mère de Tom ? Qui est cette mystérieuse  Alice ? Et pourquoi Tom serait le seul à pouvoir se dresser contre l'obscur ? A côté de cela, on assiste aux premiers pas de Tom en tant qu'apprenti épouvanteur, ses doutes, ses craintes, son envie fréquente d'abandonner ainsi que ses erreurs de débutant ; on apprend également beaucoup de choses sur le monde de l'obscur, en particulier à propos des sorcières. Tom n'a que 12 ans, et comme c'est lui le narrateur, je trouve que cela se ressent un peu. Heureusement il gagne en âge (forcément) et en maturité à chaque tome, et ceux-ci sont de mieux en mieux !

J'aime beaucoup la narration et la façon d'écrire de Joseph Delaney. Son écriture est simple, sans chichi, et elle rend bien compte de l'état d'esprit de Tom.

Les livres finissent toujours de la même manière : Tom nous explique avoir écrit ce récit de mémoire et expose sa situation actuelle.

Ce livre se lit d'une traite car l'histoire est vraiment captivante (et aussi parce que c'est écrit gros :) ). Une fois que tu l'auras commencé, tu ne pourras plus le lâcher et tu voudras absolument connaître la suite (il y a neuf tomes pour l'instant, treize sont prévus, il me semble).

"Nous sommes l'un et l'autre le septième fils d'un septième fils, et nous avons le don de voir ce que les autres ne voient pas. Ce don est parfois une malédiction. Si nous avons peur, certains êtres se nourriront de cette peur ; notre peur les rend plus forts. Le seul moyen de leur tenir tête, c'est de te concentrer sur ce que tu vois et de cesser de penser à toi. C'est toujours efficace." (p. 31)

"J'ai écrit ce récit de mémoire, en me servant également de mon cahier et de mon journal. (...) Je ne suis qu'un apprenti, mais un jour, je serais l'épouvanteur." (p. 275)

joseph-delaney.jpgConclusion : Un livre prometteur et captivant, avec des personnages très attachants. Pour tout te dire, ça fait bien longtemps que je n'avais pas été autant emballée par une série (la dernière fois, c'était Everworld, par K. A. Applegate) !

P.S. : Je trouve que Joseph Delaney ressemble beaucoup à l'idée que je me fais de John Gregory :)

Et voici l'autre couverture, celle sortie aux États-Unis, Angleterre et compagnie je crois. Alors, laquelle tu préfères ? Pour moi il n'y a pas photo, la nôtre est terriblement plus classe !

The spook's apprentice - T1

Les écriveurs, Tome 1 : La cité lumineuse - Frédéric Mars

Les écriveurs, Tome 1 : La cité lumineuse - Frédéric MarsTome 1 : La cité lumineuse

Frédéric Mars est né en 1968 à Paris. Il est auteur de romans dans des genres très divers et scénariste pour la télévision. Il publie d'autres ouvrages sous diverses identités, y compris en qualité de nègre.

Nombre de pages : 339 pages

Prix : 14,95€

******

" "Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ce cadeau ou cette place d'honneur qui vous semblaient destinés ont atterri dans les mains d'un autre que vous ? Pourquoi des obstacles de dernière minute se dressaient sur votre route alors que rien ne semblait s'opposer à votre sucès ? Pourquoi le bus que vous deviez prendre partait sans vous à quelques secondes près ? Vous invoquez le sort, la malchance, la fatalité ? Vous pensez que c'est comme ça et qu'on n'y peut rien ? Mais bientôt, dans quelques instants, vous saurez.
Ma vie et la vôtre, que vous le vouliez ou non, sont dorénavant liées à jamais... Pourquoi ça ? Oh, c'est très simple. Ça se résume même en une phrase : Votre vie, c'est moi qui l'écris !" "

******

Ce premier tome se lit d'une traite, malgré ses 350 pages ! Je l'ai lu en une soirée, sans faire de pause, tellement j'étais à fond. Pourtant, ce n'est pas tant l'histoire que la plume de l'auteur qui m'a captivée. Car en lisant ce livre, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire (voire de rire) aux nombreuses remarques, pertinentes ou non, de Lara, l'héroïne. Déja, son nom lui même est drôle : Lara Scott, qu'on peut bien évidemment rapprocher d'une certaine Lara Croft, et à qui il est souvent fait référence dans le livre. Ensuite, sa manière de raconter son histoire. Le texte est à la première personne et surtout, Lara s'adresse au lecteur, elle lui parle, elle me parle, et j'aime beaucoup ça ! De plus, il y a beaucoup d'humour et d'ironie, c'est vraiment agréable à lire, l'écriture est fluide, c'est un régal !

Passons à l'histoire. Lara est une adolescente de quinze ans, et comme tous les ados de son âge, elle va au lycée, elle déteste les cours et elle est amoureuse du BG du lycée, Danny, un beau sportif qui, évidemment, ne sait même pas comment elle s'appelle. Pourtant, il y a certaines différences entre ces ados et des ados "normaux". Tout d'abord, ils habitent sur une île, Hometone, qui est en fait un volcan. Ce volcan rejette souvent des cendres, ce qui fait que chez eux tout est toujours gris. Même eux ne voient quasiment jamais le soleil. De plus, ils vivent coupés du monde extérieur, car leur île ne se situe sur aucune carte ; elle n'est pas visible par satellite et est sans arrêt entourée d'un brouillard épais qui dissuade d'éventuels bateaux de s'en approcher. Pourtant, ils ont accès aux même choses que nous, livres, films etc, même si certains sont censurés. Le père de Lara, George, est souvent absent, car il a une très bonne place auprès du gouvernement et voyage beaucoup (seuls les membres du gouvernement sont autorisés à quitter l'île de temps en temps). Elle vit avec ses deux demi-soeurs, Rhonda et Bethsie, et sa mère ainsi que sa belle-mère sont mortes. Bethsie est une peste et fait tout pour lui pourrir la vie,elle va d'ailleurs essayer de la tuer en la noyant, ce qui sera l'élément déclencheur de l'histoire puisque cela va Révéler Lara en tant qu'écriveur. Elle va alors découvrir un monde qu'elle ne soupçonnait pas mais qui cache bien plus de secrets qu'il n'y paraît, et dont elle va avoir du mal à accepter les règles.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Lara, qui a des remarques très pertinentes et toujours ironiques, et que je trouve assez mature pour ses quinze ans (sauf lorsqu'il s'agit de "Dannyyyyyyy" !!). Sa soeur est une peste détéstable, je n'ai vraiment pas aimé le personnage. Les autres personnages sont intéressants, notamment Will, le superviseur de Lara, qui de plus est, paraît-il, mignon à croquer ;) Il y a également Buster, un gros dur que je n'ai pas forçément apprécié (en plus il a un différend avec Will ! Et bien sûr, on ne saura pourquoi que dans le prochain tome, enfin je suppose).

Lara est une jeune fille solitaire, elle n'a pas d'amis et le garçon sur qui elle craque ne s'intéresse pas à elle. Parmi les autres écriveurs, elle va donc se sentir un peu moins seule, un peu moins différente, d'autant plus qu'ils ont une ville bien à eux, cachée sous terre, et dont seuls les écriveurs connaissent l'existence. Le pied !

J'ai cependant remarqué une chose qui m'a dérangée ; c'est la ressemblance avec Harry Potter. Pas forçément au niveau de l'histoire (il n'y a pas de magie à Hometone), mais plutôt au niveau des détails. Tout d'abord, l'île a son propre sport, dont presque tout le monde est fan, avec une balle bizarre et tout et tout (ça ne vous rappelle pas le Quidditch ?).

----- Attention spoilers -----

[Je vais devoir spoiler un peu, donc si tu ne veux pas savoir, rdv quelques lignes plus bas, directement aux extraits ;)]

Ensuite, lorsque Lara arrive dans la cité des écriveurs, les bâtiments peuvent changer de place d'un jour à l'autre, ce qui me fait penser aux escaliers de Poudlard. De même, chaque écriveur dispose de son propre stylo et c'est, comme pour les baguettes dans Harry Potter, le stylo qui est fait sur mesure pour son écriveur et qui le "choisit". Le méchant a été banni de leur société et n'a plus de nom, ce qui fait un peu penser à "celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom", et enfin, on apprend que c'est lui qui a tué la mère de Lara, et ils "s'affrontent" à la fin du tome, ce qui, définitivement, est du HP tout craché. Je rajouterais aussi qu'un personnage, Arthémus Hartopp, qui aide Lara à plusieurs reprises, m'a fortement fait penser à Dumbledore.

----- Fin des spoilers -----

******

"- Voilà, je crois que les présentations sont faites. Je m'appelle Lara Scott, j'ai quinze ans, et si tout se déroule comme l'a prévu ma soeur, enfin ma demi-soeur, bref, l'autre folle penchée sur moi, dans quelques instants je serai morte. Vous pourrez alors refermer ce livre et passer à autre chose. Nan, je plaisante. Les choses ne vont pas tout à fait se dérouler ainsi..."

******

"- Il y a deux choses que vous devez savoir à mon propos. La première - comment dire ça sans trop écorcher l'estime que j'ai de moi-même ? - c'est que je ne suis pas une grande sportive. La course, les jeux en plein air et la compétition, ça n'a jamais été mon truc. Je suis plutôt du genre qui "bouquine gentillement dans sa piaule", si vous voyez ce que je veux dire. Il n'y a aucune coupe ou aucune médaille sur les étagères de ma chambre. Exclusivement des livres. Mais ça, vous vous en doutiez déjà."

******

Conclusion : C'est un roman très bien écrit et avec une histoire intéressante, malgré quelques ressemblances avec Harry Potter et le fait qu'on voit quand même que cela s'adresse à un public "jeune". Mais j'ai quand même hâte de lire la suite, d'autant plus que ce premier tome a surtout un rôle de "plantage" de décors pour la suite ! :)


Trahisons et Faux-Semblants - Ludovic Rosmorduc

Trahisons et faux-semblantsLudovic Rosmorduc est un statisticien de 37 ans. Féru de vielles pierres, il occupe son temps libre entre flâneries dans les cités médiévales et écriture. Sa passion d’enfant pour le merveilleux, mélange de contes celtes et de récits moyenâgeux, l'a poussé à se lancer dans la rédaction de romans « médiéval fantastique » pour la jeunesse.

Nombre de pages : 285 pages

Prix : 14,80€

******

"Je me nomme Aurèle d'Angarande, je suis magicien. Autrefois, ce seul titre suffisait à entrouvrir bien des portes, à faire se courber bien des puissants. Mais ce temps est révolu. Aujourd'hui, plus personne ne peut s'enorgueillir d'être magicien. Moi excepté. Je suis le dernier d'entre eux."

Dans un monde où religieux et chevaliers se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, Aurèle d'Angarande s'est exilé d'Anoth au moment où sa guilde en a été bannie. Ce qui ne l'empêche pas d'ouvrir l'oeil sur la cité et sur ses habitants. Quand, un matin, c'est un cadavre crispé et bleui par le froid qui s'offre à sa vue, il décide de rompre le serment qu'il s'était fait et de franchir une nouvelle fois les murs de la cité fortifiée. Quitte à mettre les pieds en enfer.

******

Que dire sur ce livre, à part qu'il est génial ?!

C'est l'histoire d'Aurèle d'Angarande, un magicien, qui est le dernier représentant de la guilde des magiciens avec son valet Alboin. Tous deux vivent seuls dans le château de Fontgrande, la où jadis tous les magiciens vivaient en communauté, éloignés de la ville fortifiée d'Anoth. Mais le temps de la magie est révolu, désormais ne restent que la religion et la chevalerie, qui règnent sur la ville en la personne de Gui de Longroi alias le Faucon Noir, et du cardinal Thored. Tous deux veulent le pouvoir sur Anoth et se tirent constamment dans les pattes, au grand dam des habitants qui ne savent plus à quel saint se vouer car ils se retrouvent pris dans le "conflit" des deux partis. Aurèle ne quitte jamais son château, il y vit en autarcie avec Alboin, ils ne se rendent jamais au village car ils n'ont pas encore digéré la façon dont les habitants les ont traités lors du déclin de la magie (on les accusaient d'hérésie et ils risquaient le bûcher). Cependant, Aurèle continue d'observer Anoth grâce à sa longue-vue, ce qui constitue d'ailleurs l'une de ses seules occupations. Il rêve également de redorer le blason de la magie, et vit dans ses souvenirs de la belle époque, désolé que toutes les connaissances ancestrales des magiciens disparaissent avec lui. Ainsi, lorsqu'un meurtre éclate à Anoth, il décide de transgresser les règles qu'il s'était imposées et de retourner dans la cité, bien décidé à résoudre ce meurtre et les suivants qui ne tardent pas à arriver. Il espère, grâce à ses talents de magicien, découvrir le meurtrier avant les chevaliers et les religieux, pour enfin démontrer que la magie c'est bien, et attirer de nombreux nouveaux disciples.

Dans ce livre, on est tout de suite plongé dans l'ambiance médiévale (le dernier des magiciens, la petite cité fortifié, le château, les chevaliers, la religion très présente, les villagois, et même les prénoms) et j'ai vraiment adoré.

Le premier chapitre commence par une présentation du narrateur, puis vient tout de suite après le premier meurtre. Les chapitres sont montés en parallèle entre la narration d'Aurèle et celle de l'auteur, qui nous raconte ce qu'il se passe là où Aurèle n'est pas. Il y a un climat un peu angoissant lors des meurtres, car à chaque fois, quelques minutes avant de mourir, les victimes trouvent un mot annonçant leur mort, et les cadavres sont toujours retrouvés avec une expression d'effroi sur le visage, comme s'ils avaient vu le Diable en personne.

Le Faucon Noir et le cardinal s'emparent donc vite de l'affaire et c'est à celui qui la résoudra le premier. Forçément, Aurèle vient mettre son grain de sel, armé de ses pouvoirs et de sa grande intelligence. Il enquête en secret, se rendant au village à l'aide de ses "Bancs de portage", une invention géniale, car il suffit de s'asseoir sur un des bancs et de prononcer une formule magique, pour se retrouver sur l'autre banc, qu'on aura au préalable placé là où on voulait se rendre. Le genre de truc que tout le monde rêverait d'avoir quoi.

Quant à ses pouvoirs, ils sont assez sympas aussi : il sait ouvrir n'importe quelle serrure, ce qui lui sera utile bien plus souvent qu'à son tour, et peut s'introduire dans l'esprit des animaux (généralement les corbeaux) afin de voir ce qu'ils voient et de les commander. Ce qui lui sera utile aussi, surtout qu'il y a plein de corbeaux à Anoth, comme par hasard. Je me suis imaginé si l'histoire se passait à Paris, y aurait que des pigeons à commander (c'est tout de suite moins classe) !

Son valet l'aide un peu dans son enquête, par exemple quand Aurèle cherche des points communs entre les victimes etc., et s'occupe aussi de leur assurer de quoi subsister puisqu'ils vivent loin du village.

On suit donc l'avancée de l'enquête d'Aurèle et de celle de Guy de Longroi et du cardinal, et forçément devine qui avance le plus vite ? Et oui, c'est Aurèle, qui grâce à sa longue vue repère assez vite où viennent d'avoir lieu les meurtres et peut donc récupérer sur place des indices avant tout le monde. Mais on assiste à un retournement de situation, et ça va chauffer pour le magicien !

Il y a de nombreux personnages secondaires, tous très présents, et qui ont tous un rôle utile/important ! Car j'ai déjà vu des romans où il y a des personnages, on se demande vraiment à quoi il servent...

C'est vraiment un livre super, on se demande vraiment ce qui tue les victimes, car ça n'a pas l'air d'être humain, on fait même appel à des exorcites (même si au Moyen-Age on les appelait pour un oui pour un non). Pourtant, quelques chapitres avant la fin j'avais deviné qui (ou quoi) se cachait derrière les meurtres... Dommage donc, mais la vraie fin en elle-même est assez surprenante, j'avoue que je ne m'y attendais pas vraiment, et je la trouve pas mal ! Surtout la toute dernière phrase où Aurèle s'adresse directement au lecteur (je ne te la dit pas car ça te gâcherait le plaisir, ce serait dommage) !

Conclusion : La plume de l'auteur est vraiment agréable, c'est super bien écrit, j'aime bien les métaphores utilisées, et j'ai trouvé Aurèle très sympathique, je m'y suis vite attachée, car c'est un petit vieux que je trouvais trop chou !


Les p'tits diables - Olivier Dutto

C'est pour les enfants, et alors ?

Une de mes BD favorites, c'est Les p'tits diables ! Alors je sais que c'est très enfantin, je crois même que c'est sorti en dessin-animé sur M6, mais c'est quand même tordant à lire !

Les p'tits diables, tome 8 - Couverture pour anti-soeursLes p'tits diables, tome 8 - Couverture anti-frères

Les tomes (ceux que j'ai lus sont en italique) :

De quelle planète tu viens ?, tome 1

C'est pas nous !, tome 2

In-fer-naux !, tome 3

Attention, frère stupide !, tome 4

Que du bonheur !, tome 5

Soeur à vendre !, tome 6

De vrais p'tits anges !, tome 7

Un frère, ça suffit, tome 8

Interdit aux soeurs !, tome 9

Comment dompter son frère, tome 10

Mon frère, c'est pas un cadeau !!!, tome 11

Frères et soeurs pour la vie !!!, tome 12

Un frère, ça sert toujours !, tome 13

Soeur a toute heure, tome 14

Le bourreau des soeurs, tome 15

Une soeur venue des ténèbres, tome 16 (2014)

La particularité du tome 8, c'est d'avoir deux couvertures : une pour les filles, une pour les garçons. Ou plutôt une pour les soeurs, et une pour les frères.

 ******

Les p'tits diables, c'est l'histoire de Nina et Tom.

Nina, c'est la grande soeur qui est une vraie peste tyrannisant sans arrêt son petit frère.

Tom, c'est le petit frère qui est persuadé que sa soeur est une alien venu conquérir la Terre (oui, sinon comment expliquer qu'elle fasse toujours ses devoirs, qu'elle aime prendre des bains et qu'elle fasse pipi assise, hein, hein ?).

Du coup, ça créée plein de scénarios autour de ça, où les deux mioches se font toujours la guerre (et tous les moyens sont bons), même s'ils savent bien s'allier lorsqu'il s'agit d'obtenir quelque chose des parents, parents qui se retrouvent bien souvent désarmés face à ces deux petites terreurs. On retrouve aussi Gripsy, le gros chat à qui les deux gamins en font voir de toutes les couleurs mais qui supporte sans broncher, et qui est tout le temps au régime. Pauvre bête.

 

J'ai conscience que ce genre de BD ne plaît pas à tout le monde, mais vraiment lis-en au moins un passage afin de te faire ta propre opinion, ça vaut le détour :)

Bonus : Voici le site internet des BD!

Bonus 2 : Une citation que je trouve tellement vraie, et qui figure dans un des tomes, c'est le papa qui dit ça je crois : "Il faut toujours remettre à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui, parce que demain on n'aura peut-être plus à le faire." =D

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×