La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'Histoire - Collectif

La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'histoireCe livre un peu particulier est un livre collectif. Voici donc la bio des six auteurs, ainsi que celle du dessinateur (y a pas de raisons!).

David Alliot, né en 1973, travaille dans l'édition. Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Louis-Ferdinand Céline, à Aimé Césaire, à Voltaire et aux livres, il est également formateur depuis une quinzaine d'années à l'INFL (Institut national de formation des libraires).

Philippe Charlier est maître de conférences en médecine légale (CHU Raymond Poincaré, AP-HP) et chercheur au Laboratoire d'éthique médicale (université de Paris 5). Il est spécialisé en anthropologie médico-légale et s'intéresse tout particulièrement au statut du corps mort.

Olivier Chaumelle, né en 1968, est producteur à France Culture. Amateur de personnages fantasques, il leur a consacré de nombreux documentaires radiophoniques.

Frédéric Chef, né à Langres, vit à Reims. Il a publié notamment Géographie sentimentale, La Champagne impertinente, illustrée par Daniel Casanave avec qui il a également écrit le scénario et les dialogues de la bande dessinée Villain, l'homme qui tua Jaurès.

Bruno Fuligni, né en 1968, est écrivain et historien. Haut fonctionnaire, maître de conférence à Sciences Po, il est l'auteur de seize ouvrages sur l'histoire politique française et ses mystères.

Bruno Léandri, né en 1951 à Courbevoie, écrivain, chroniqueur et scénariste, longtemps collaborateur du mensuel Fluide glacial, est l'auteur entre autres de la Grande Encyclopédie du dérisoire (cinq tomes).

Daniel Casanave est né en 1963. Auteur et dessinateur, il explore le monde de la BD, mettant l'accent sur l'adaptation des chefs-d'oeuvre de la littérature.

Nombre de pages : 261 pages

Prix : 17 €

******

"Tué par une tortue tombée des serres d'un rapace, le tragédien grec Eschyle est l'une des plus anciennes personnalités victimes d'une mort stupide. après lui, le Romain Pline l'Ancien meurt d'avoir voulu observer de trop près l'éruption du Vésuve, l'empereur Frédéric Barberousse disparaît pour s'être baigné en armure, le roi de France Louis III se fracasse le crâne en poursuivant une femme et Adolphe-Frédéric de Suède expire en prenant pour la quatorzième fois du dessert... Plus près de nous, Félix Faure, Lawrence d'Arabie, Durruti, le colonel Fabien, le général Patton et beaucoup d'autres ont payé de leur vie leurs appétits, leurs maladresses ou leurs marottes. De l'antiquité à nos jours, la grande et la petite histoire s'entremêlent, invitant à méditer sur la fragilité du destin. La plupart de ces personnages disparus prématurément, pour des causes stupides, auraient peut-être modifié la marche du monde s'ils avaient vécu plus longtemps. On parle souvent de l'ironie de l'Histoire : ce livre montre que, dans le genre grinçant, elle n'a pas de limites."

******

Tout d'abord, une petite explication s'impose. Ce livre tient son titre d'Eschyle, un grand tragique grec du VI / Ve siècle avant J-C, plus connu pour sa mort stupide que pour ses pièces. La légende veut qu'un jour où il se promenait, sans doute en quête d'inspiration (ou pas), il a croisé la route d'un épervier. Or cet épervier tenait dans son bec, non pas un fromage (quoique ce fromage eût fait beaucoup moins de dégâts), mais une tortue. Et l'on sait tous que la carapace de tortue n'est pas le truc le plus simple à casser. Mais les éperviers sont pas cons et ont trouvé la parade : lâcher la tortue en plein vol afin que la carapace aille s’éclater une dizaine de mètres plus bas. Sauf que cette fois, manque de chance (autant pour Eschyle que pour l'épervier), ce n'est pas sur un rocher qu'elle s'est éclaté, mais en plein sur la tête d'Eschyle, qui est probablement (on l'espère pour lui!) mort sur le coup.

Enfin, c'est bien beau tout ça, mais ça ne vous en dit pas plus sur le livre !

Je ne vais pas vous en faire un résumé, la quatrième de couverture s'en charge très bien.

Je peux en revanche vous dire comment le livre est organisé, si les anecdotes sont intéressantes et si je l'ai aimé :)

Le livre se présente sous la forme de chapitres, qui classent les morts par catégories. On a par exemple : trop curieux, trop radins, trop gourmands... etc. Ce livre compte en tout 120 biographies, certaines très développées (2 à 3 pages), d'autres un peu moins (1 page ou une demi-page), et d'autres sont carrément évoquées en quelques lignes à la fin de chaque chapitre, dans une rubrique intitulée « Et aussi... ». Ces morts sont généralement celles de personnages anciens, pour lesquels je conçois tout à fait qu'il y ai peu voire pas d'informations.

Concernant la stupidité des morts, tout est relatif. Autant la mort d'Eschyle m'a fait sourire, de même que celle du mec trop gros qui est passé par la fenêtre, emporté par son poids (il paraît), autant pour certaines, il faut aller chercher loin le côté stupide. Je m'explique. A de nombreuses reprises, on nous fait passer des suicides pour des morts stupides. Alors, autant celui de Vatel, qui s'est suicidé parce qu'il n'a pas reçu à temps une livraison commandée pour servir la table de Louis XIV (l'ironie de la chose est que ladite livraison a été livrée quelques instants à peine après qu'il se soit donné la mort), ça peut passer. Mais un mec qui se suicide parce qu'il est couvert de dettes, et qu'ils nous mettent dans la catégorie « Trop radins » pour faire passer le truc, je dis non. A trop chercher de quoi remplir son livre, on finit par y mettre n'importe quoi.

Cependant, c'est le seul bémol de ce livre, je vous rassure ! Il fallait juste que je le dise^^

On peut lire toutes les parties indépendamment les unes des autres, ce qui fait le charme de ce livre et que j'apprécie. Chaque partie est d'ailleurs écrite par un auteur différent et signée de ses initiales, afin de mieux les retrouver, si on préfère un auteur plutôt qu'un autre.

J'aime aussi les petits dessins (faits par Daniel Casanave) disséminés ça-et-là pour illustrer les différentes parties.

Je pense que je n'ai rien oublié concernant ce livre, gros point positif : la couverture. La couleur attire l'oeil directement, et le dessin avec Eschyle et la tortue qu'on voit lui tomber dessus (avec une tête ahurie) est vraiment sympa.

La tortue d'Eschyle, par Daniel CasanaveConclusion : Un livre très sympa, à offrir ou à s'offrir, qui se lit un peu au hasard, mais avec lequel il ne faut cependant pas s'attendre à se poiler du début à la fin.

Collectif

Commentaires (2)

1. Marc Lef (site web) 25/03/2013

J'ai beaucoup aimé ce livre qui est une source presque intarissable d'anecdotes!

2. jiill (site web) 23/05/2013

En effet, c'est une mine d'informations incontournable pour les gens qui s'intéressent au sujet (et même les autres).

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×