Ludovic Rosmorduc

Trahisons et Faux-Semblants - Ludovic Rosmorduc

Trahisons et faux-semblantsLudovic Rosmorduc est un statisticien de 37 ans. Féru de vielles pierres, il occupe son temps libre entre flâneries dans les cités médiévales et écriture. Sa passion d’enfant pour le merveilleux, mélange de contes celtes et de récits moyenâgeux, l'a poussé à se lancer dans la rédaction de romans « médiéval fantastique » pour la jeunesse.

Nombre de pages : 285 pages

Prix : 14,80€

******

"Je me nomme Aurèle d'Angarande, je suis magicien. Autrefois, ce seul titre suffisait à entrouvrir bien des portes, à faire se courber bien des puissants. Mais ce temps est révolu. Aujourd'hui, plus personne ne peut s'enorgueillir d'être magicien. Moi excepté. Je suis le dernier d'entre eux."

Dans un monde où religieux et chevaliers se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, Aurèle d'Angarande s'est exilé d'Anoth au moment où sa guilde en a été bannie. Ce qui ne l'empêche pas d'ouvrir l'oeil sur la cité et sur ses habitants. Quand, un matin, c'est un cadavre crispé et bleui par le froid qui s'offre à sa vue, il décide de rompre le serment qu'il s'était fait et de franchir une nouvelle fois les murs de la cité fortifiée. Quitte à mettre les pieds en enfer.

******

Que dire sur ce livre, à part qu'il est génial ?!

C'est l'histoire d'Aurèle d'Angarande, un magicien, qui est le dernier représentant de la guilde des magiciens avec son valet Alboin. Tous deux vivent seuls dans le château de Fontgrande, la où jadis tous les magiciens vivaient en communauté, éloignés de la ville fortifiée d'Anoth. Mais le temps de la magie est révolu, désormais ne restent que la religion et la chevalerie, qui règnent sur la ville en la personne de Gui de Longroi alias le Faucon Noir, et du cardinal Thored. Tous deux veulent le pouvoir sur Anoth et se tirent constamment dans les pattes, au grand dam des habitants qui ne savent plus à quel saint se vouer car ils se retrouvent pris dans le "conflit" des deux partis. Aurèle ne quitte jamais son château, il y vit en autarcie avec Alboin, ils ne se rendent jamais au village car ils n'ont pas encore digéré la façon dont les habitants les ont traités lors du déclin de la magie (on les accusaient d'hérésie et ils risquaient le bûcher). Cependant, Aurèle continue d'observer Anoth grâce à sa longue-vue, ce qui constitue d'ailleurs l'une de ses seules occupations. Il rêve également de redorer le blason de la magie, et vit dans ses souvenirs de la belle époque, désolé que toutes les connaissances ancestrales des magiciens disparaissent avec lui. Ainsi, lorsqu'un meurtre éclate à Anoth, il décide de transgresser les règles qu'il s'était imposées et de retourner dans la cité, bien décidé à résoudre ce meurtre et les suivants qui ne tardent pas à arriver. Il espère, grâce à ses talents de magicien, découvrir le meurtrier avant les chevaliers et les religieux, pour enfin démontrer que la magie c'est bien, et attirer de nombreux nouveaux disciples.

Dans ce livre, on est tout de suite plongé dans l'ambiance médiévale (le dernier des magiciens, la petite cité fortifié, le château, les chevaliers, la religion très présente, les villagois, et même les prénoms) et j'ai vraiment adoré.

Le premier chapitre commence par une présentation du narrateur, puis vient tout de suite après le premier meurtre. Les chapitres sont montés en parallèle entre la narration d'Aurèle et celle de l'auteur, qui nous raconte ce qu'il se passe là où Aurèle n'est pas. Il y a un climat un peu angoissant lors des meurtres, car à chaque fois, quelques minutes avant de mourir, les victimes trouvent un mot annonçant leur mort, et les cadavres sont toujours retrouvés avec une expression d'effroi sur le visage, comme s'ils avaient vu le Diable en personne.

Le Faucon Noir et le cardinal s'emparent donc vite de l'affaire et c'est à celui qui la résoudra le premier. Forçément, Aurèle vient mettre son grain de sel, armé de ses pouvoirs et de sa grande intelligence. Il enquête en secret, se rendant au village à l'aide de ses "Bancs de portage", une invention géniale, car il suffit de s'asseoir sur un des bancs et de prononcer une formule magique, pour se retrouver sur l'autre banc, qu'on aura au préalable placé là où on voulait se rendre. Le genre de truc que tout le monde rêverait d'avoir quoi.

Quant à ses pouvoirs, ils sont assez sympas aussi : il sait ouvrir n'importe quelle serrure, ce qui lui sera utile bien plus souvent qu'à son tour, et peut s'introduire dans l'esprit des animaux (généralement les corbeaux) afin de voir ce qu'ils voient et de les commander. Ce qui lui sera utile aussi, surtout qu'il y a plein de corbeaux à Anoth, comme par hasard. Je me suis imaginé si l'histoire se passait à Paris, y aurait que des pigeons à commander (c'est tout de suite moins classe) !

Son valet l'aide un peu dans son enquête, par exemple quand Aurèle cherche des points communs entre les victimes etc., et s'occupe aussi de leur assurer de quoi subsister puisqu'ils vivent loin du village.

On suit donc l'avancée de l'enquête d'Aurèle et de celle de Guy de Longroi et du cardinal, et forçément devine qui avance le plus vite ? Et oui, c'est Aurèle, qui grâce à sa longue vue repère assez vite où viennent d'avoir lieu les meurtres et peut donc récupérer sur place des indices avant tout le monde. Mais on assiste à un retournement de situation, et ça va chauffer pour le magicien !

Il y a de nombreux personnages secondaires, tous très présents, et qui ont tous un rôle utile/important ! Car j'ai déjà vu des romans où il y a des personnages, on se demande vraiment à quoi il servent...

C'est vraiment un livre super, on se demande vraiment ce qui tue les victimes, car ça n'a pas l'air d'être humain, on fait même appel à des exorcites (même si au Moyen-Age on les appelait pour un oui pour un non). Pourtant, quelques chapitres avant la fin j'avais deviné qui (ou quoi) se cachait derrière les meurtres... Dommage donc, mais la vraie fin en elle-même est assez surprenante, j'avoue que je ne m'y attendais pas vraiment, et je la trouve pas mal ! Surtout la toute dernière phrase où Aurèle s'adresse directement au lecteur (je ne te la dit pas car ça te gâcherait le plaisir, ce serait dommage) !

Conclusion : La plume de l'auteur est vraiment agréable, c'est super bien écrit, j'aime bien les métaphores utilisées, et j'ai trouvé Aurèle très sympathique, je m'y suis vite attachée, car c'est un petit vieux que je trouvais trop chou !


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×