Freddy Woets

L'âme emmurée - Freddy Woets

L 'âme emmurée - Freddy WoetsFreddy Woets est né à Liège en 1949. Il a fait les Beaux-arts et a commencé à écrire des poèmes. Il s'est installé à Paris depuis une vingtaine d’années et est tout à la fois journaliste, écrivain et auteur dramatique pour la radio.

Autres romans : La disparue de Bruges (2010) : Le royaume du Ker d'Ys (2011) ; L'orage qui allait jusqu'en Chine (2012)

Nombre de pages : 130 pages

Prix : 12€95

******

"Alix,16 ans, vit au milieu d'un parc, dans une propriété aussi vaste que sinistre. Entre un père hautain, professeur en chirurgie cardiaque, et une mère mentalement absente, la jeune fille se sent très seule. Un jour, en rentrant de son cours de violoncelle, elle découvre sa partition maculée de sang, et le soir, au dîner, un liquide rougeâtre s'écoule du plafond sur la nappe blanche. Ce n'est qu'un radiateur qui fuit, mais la chambre du dessus était celle d'une fille de l'âge d'Alix, violoncelliste comme elle, morte dans d'étranges circonstances bien des années plus tôt. Bientôt l'horreur s'installe dans la maison..."

******

En ce moment, je me passionne pour les livres avec des secrets de famille style roman anglais du XVIIIe, mais là j'avais envie de changement avec un truc un peu flippant, qui change du gnangnan des histoires d'amour dont ce genre de livre est coutumier.

Je te préviens tout de suite, si toi aussi c'est ce que tu recherches, passe ton chemin ! J'ai mis ce livre dans la catégorie "horreur" car je me suis dit que c'est peut-être là que tu irais le chercher, mais j'aurais du lui faire une catégorie spéciale du genre "léger frisson", parce que franchement, même en sachant que ce livre est destiné à un lectorat assez jeune, "horreur" me parait un peu exagéré.

C'est l'histoire d'Alix, 16 ans, qui vit avec son père et sa mère dans une maison étrange et tellement loin de tout qu'elle l'appelle "l île déserte". Ses parents, Marie-Odile et Pierre-Jean,  sont des gros bourges tellement stricts et coincés qu'ils se vouvoient entre eux, et même Alix doit les vouvoyer. Elle étudie le violoncelle au conservatoire mais n'y a pas un seul ami ; elle se sent donc bien seule. Un jour, elle découvre une trace de main ensanglantée sur sa partition, puis un liquide sombre se met à couler sur la table de la salle à manger. Elle se renseigne alors en cachette de ses parents et, grâce à Solange, la cuisinière, elle apprend que la jeune fille habitant là avant eux est décédée dans d'étranges circonstances. Une suite d’événements bizarres se succèdent alors...

J'ai été attirée par ce livre grâce à sa couverture façon films d'horreur un peu vieillots, et j'ai d'ailleurs été étonnée de voir que ce roman date seulement de 2013 ! Je lui aurais donné au moins 20 ans de moins.

L'ambiance du livre, pourtant, ne nous plonge pas du tout dans un film d'horreur. Je trouve que l'auteur peine à donner un côté angoissant à son livre malgré la solitude d'Alix, l'isolement de la maison et les choses bizarres qui s'y passent. Je me suis un peu ennuyée durant ma lecture mais j'ai persisté car j'espérais vraiment que le roman allait devenir de plus en plus oppressant, inquiétant, mais malheureusement ce n'est pas le cas. Je pense que c'est du au fait que le livre soit très court, car l'auteur ne peut pas prendre le temps d'installer un malaise, une angoisse petit à petit et les événements s'enchainent, peut-être un peu trop rapidement à mon goût.

En plus, l'auteur arrive même, au milieu de tout ça, à nous caser une histoire d'amour gnangnan qui m'a paru bien peu crédible. Alors là j'ai envie de dire : est-ce que c'est bien nécessaire de nous mettre des histoires d'amour à toutes les sauces dans le moindre roman ? D'autant plus qu'ici, j'ai l'impression que cette histoire prend le pas sur l'intrigue, et ça a tué mes derniers espoirs de lire quelque chose d'effrayant.

La fin, plutôt terre à terre, me parait un peu "facile" et là je me suis dit "Quoi ? Mais tout ça pour ça !".

******

"Du regard, elle chercha de l'aide auprès de sa mère, qui grignotait une biscotte dans le plus grand silence. Mais maman était perdue dans ses pensées.

- Père, les fenêtres étaient fermées, et pourtant, il faisait un froid de canard, je vous assure ! D'ailleurs, je suis enrhumée !

- Marie-Odile, pourriez-vous dire à notre fille qu'il n'est pas exceptionnel d'être enrhumée en novembre, sous nos latitudes pluvieuses et venteuses ? ironisa son père.

- Je vous demande pardon ? fit Marie-Odile en sursautant.

- Alix, auriez-vous la gentillesse de narrer vos mésaventures nocturnes à votre mère ?

- Mésaventures nocturnes ? répéta Marie-Odile, interloquée.

Alix répondit que ce n'était rien, que les courants d'air avaient leurs quartiers dans cette vieille bâtisse et que, sans doute, son imagination avait fait le reste. Mais son père était déjà retourné dans l'actualité politique, et sa mère dans ses rêveries entre biscotte et darjeeling." (pp. 8 et 9)

******

Je viens de relire ma chronique et me trouve peut-être un peu sévère, d'autant plus que les avis que j'ai lus sur le net étaient plutôt positifs. A la décharge de l'auteur, je tiens à préciser que le seul autre roman d'horreur que j'ai lu est Simetierre de Stephen King, et j'espérais retrouver un peu ce genre d'ambiance. Moralité : la prochaine fois que je voudrais lire un truc qui ressemble à Stephen King, la meilleure chose à faire sera de lire du Stephen King, tout simplement :)

Freddy Woets.jpgConclusion : Un livre sympa pour un lectorat assez jeune, mais je pense que passé 14 ans tu risque de t'ennuyer avec ce livre, bien qu'il soit écrit sur la couverture "de 10 à 110 ans". Je pense que le fait qu'il soit court joue un rôle important, car l'auteur n'a pas le temps de créer une atmosphère vraiment oppressante (surtout en casant cette fichue histoire d'amour). Après, si tu es en panique dès qu'on parle de bruits dans le couloir ou de fantômes, dans ce cas tu vas être servi(e) ;)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site