Tous mes articles

Séance de dédicace Hero Corp & Kaamelott

A l'heure où j'écris ce billet, je reviens d'une séance de dédicace de Simon Astier, Alban Lenoir et Sébastien Lalanne pour la sortie de Hero Corp en comics (tome 1 : les origines).

Bien entendu, j'ai réussi à glisser le nouveau tome de la BD de Kaamelott, Contre-attaque en Carmélide :)

On a eu la chance qu'ils viennent jusqu'à Dijon, dont Simon Astier est d'ailleurs originaire, et après 3h d'attente (oui, il y avait du monde..^^) j'ai enfin pu les voir ! J'avoue que j'y suis allée plus pour Kaamelott que pour Hero Corp, mais maintenant que j'ai le comics je vais pouvoir m'y mettre, et surtout je vais regarder la saison 1 très très vite !

Pour ceux qui ne connaissent pas, voici le résumé :

"À la suite d’une guerre dans les années 1980, il fut décidé de créer l’agence Hero Corp, une organisation regroupant tous les Super-Héros afin de maintenir un climat de paix. Cette agence possède plusieurs sites secrets sur la planète, et nous trouvons, dans le département de la Lozère, les retraités, les mis au rancart, les démissionnaires, les démasqués, les pas-formés, les hors-normes. Coupés du monde, ils peuvent retrouver une vie calme et paisible. Vingt ans après, ce calme paisible vole en éclats lorsque réapparaît The Lord, un Super-Vilain.

Face au retour du plus grand Super-Vilain de l’Histoire, que tout le monde croyait mort, le village est démuni. Selon une vision de Théodore (qui possède un pouvoir de prescience), John est la solution face à ce danger que la maison-mère préfère garder sous silence. John arrive dans un village isolé pour aller enterrer sa tante, qu’il n’a pas vue depuis une dizaine d’années. Décidant de rester quelques jours, il se rend compte que les habitants cachent quelque chose et qu’ils n’ont pas l’air décidés à le laisser partir. Les choses deviennent plus claires quand il voit sa tante, revenue à la vie, lui annoncer qu’il est dans un village de super-héros."

Dédicace BD Kaamelott tome 7

Dédicace Hero Corp

Voilà, inutile de te dire que je suis hyper jouasse malgré les 3h d'attente =D et bien entendu, des chroniques sur ces 2 livres arrivent très vite !

Et toi, tu es aussi allé(e) les voir à Dijon ?

L'âme emmurée - Freddy Woets

L 'âme emmurée - Freddy WoetsFreddy Woets est né à Liège en 1949. Il a fait les Beaux-arts et a commencé à écrire des poèmes. Il s'est installé à Paris depuis une vingtaine d’années et est tout à la fois journaliste, écrivain et auteur dramatique pour la radio.

Autres romans : La disparue de Bruges (2010) : Le royaume du Ker d'Ys (2011) ; L'orage qui allait jusqu'en Chine (2012)

Nombre de pages : 130 pages

Prix : 12€95

******

"Alix,16 ans, vit au milieu d'un parc, dans une propriété aussi vaste que sinistre. Entre un père hautain, professeur en chirurgie cardiaque, et une mère mentalement absente, la jeune fille se sent très seule. Un jour, en rentrant de son cours de violoncelle, elle découvre sa partition maculée de sang, et le soir, au dîner, un liquide rougeâtre s'écoule du plafond sur la nappe blanche. Ce n'est qu'un radiateur qui fuit, mais la chambre du dessus était celle d'une fille de l'âge d'Alix, violoncelliste comme elle, morte dans d'étranges circonstances bien des années plus tôt. Bientôt l'horreur s'installe dans la maison..."

******

En ce moment, je me passionne pour les livres avec des secrets de famille style roman anglais du XVIIIe, mais là j'avais envie de changement avec un truc un peu flippant, qui change du gnangnan des histoires d'amour dont ce genre de livre est coutumier.

Je te préviens tout de suite, si toi aussi c'est ce que tu recherches, passe ton chemin ! J'ai mis ce livre dans la catégorie "horreur" car je me suis dit que c'est peut-être là que tu irais le chercher, mais j'aurais du lui faire une catégorie spéciale du genre "léger frisson", parce que franchement, même en sachant que ce livre est destiné à un lectorat assez jeune, "horreur" me parait un peu exagéré.

C'est l'histoire d'Alix, 16 ans, qui vit avec son père et sa mère dans une maison étrange et tellement loin de tout qu'elle l'appelle "l île déserte". Ses parents, Marie-Odile et Pierre-Jean,  sont des gros bourges tellement stricts et coincés qu'ils se vouvoient entre eux, et même Alix doit les vouvoyer. Elle étudie le violoncelle au conservatoire mais n'y a pas un seul ami ; elle se sent donc bien seule. Un jour, elle découvre une trace de main ensanglantée sur sa partition, puis un liquide sombre se met à couler sur la table de la salle à manger. Elle se renseigne alors en cachette de ses parents et, grâce à Solange, la cuisinière, elle apprend que la jeune fille habitant là avant eux est décédée dans d'étranges circonstances. Une suite d’événements bizarres se succèdent alors...

J'ai été attirée par ce livre grâce à sa couverture façon films d'horreur un peu vieillots, et j'ai d'ailleurs été étonnée de voir que ce roman date seulement de 2013 ! Je lui aurais donné au moins 20 ans de moins.

L'ambiance du livre, pourtant, ne nous plonge pas du tout dans un film d'horreur. Je trouve que l'auteur peine à donner un côté angoissant à son livre malgré la solitude d'Alix, l'isolement de la maison et les choses bizarres qui s'y passent. Je me suis un peu ennuyée durant ma lecture mais j'ai persisté car j'espérais vraiment que le roman allait devenir de plus en plus oppressant, inquiétant, mais malheureusement ce n'est pas le cas. Je pense que c'est du au fait que le livre soit très court, car l'auteur ne peut pas prendre le temps d'installer un malaise, une angoisse petit à petit et les événements s'enchainent, peut-être un peu trop rapidement à mon goût.

En plus, l'auteur arrive même, au milieu de tout ça, à nous caser une histoire d'amour gnangnan qui m'a paru bien peu crédible. Alors là j'ai envie de dire : est-ce que c'est bien nécessaire de nous mettre des histoires d'amour à toutes les sauces dans le moindre roman ? D'autant plus qu'ici, j'ai l'impression que cette histoire prend le pas sur l'intrigue, et ça a tué mes derniers espoirs de lire quelque chose d'effrayant.

La fin, plutôt terre à terre, me parait un peu "facile" et là je me suis dit "Quoi ? Mais tout ça pour ça !".

******

"Du regard, elle chercha de l'aide auprès de sa mère, qui grignotait une biscotte dans le plus grand silence. Mais maman était perdue dans ses pensées.

- Père, les fenêtres étaient fermées, et pourtant, il faisait un froid de canard, je vous assure ! D'ailleurs, je suis enrhumée !

- Marie-Odile, pourriez-vous dire à notre fille qu'il n'est pas exceptionnel d'être enrhumée en novembre, sous nos latitudes pluvieuses et venteuses ? ironisa son père.

- Je vous demande pardon ? fit Marie-Odile en sursautant.

- Alix, auriez-vous la gentillesse de narrer vos mésaventures nocturnes à votre mère ?

- Mésaventures nocturnes ? répéta Marie-Odile, interloquée.

Alix répondit que ce n'était rien, que les courants d'air avaient leurs quartiers dans cette vieille bâtisse et que, sans doute, son imagination avait fait le reste. Mais son père était déjà retourné dans l'actualité politique, et sa mère dans ses rêveries entre biscotte et darjeeling." (pp. 8 et 9)

******

Je viens de relire ma chronique et me trouve peut-être un peu sévère, d'autant plus que les avis que j'ai lus sur le net étaient plutôt positifs. A la décharge de l'auteur, je tiens à préciser que le seul autre roman d'horreur que j'ai lu est Simetierre de Stephen King, et j'espérais retrouver un peu ce genre d'ambiance. Moralité : la prochaine fois que je voudrais lire un truc qui ressemble à Stephen King, la meilleure chose à faire sera de lire du Stephen King, tout simplement :)

Freddy Woets.jpgConclusion : Un livre sympa pour un lectorat assez jeune, mais je pense que passé 14 ans tu risque de t'ennuyer avec ce livre, bien qu'il soit écrit sur la couverture "de 10 à 110 ans". Je pense que le fait qu'il soit court joue un rôle important, car l'auteur n'a pas le temps de créer une atmosphère vraiment oppressante (surtout en casant cette fichue histoire d'amour). Après, si tu es en panique dès qu'on parle de bruits dans le couloir ou de fantômes, dans ce cas tu vas être servi(e) ;)

Bientôt 3000 visites !

Eh bien dis donc ! En moins d'un an, mon site (malgré la période de creux de plusieurs mois) va bientôt atteindre les 3000 visiteurs, et pour ça je te veux te remercier !

Je prépare donc un petit quelque chose, une petite surprise, et je te conseille de guetter régulièrement le site, car dès que les 3000 visites auront été atteintes, hop hop hop top départ =)

A très vite !

L'île des oubliés - Victoria Hislop

L'île de -oubliés - Victoria Hislop Victoria Hislop, née en 1959, a travaillé comme journaliste avant de devenir auteure. Son premier roman, The island a été un véritable bestseller au Royaume-Uni.

Autres romans : The island (en anglais, 2006) ; Return (en anglais, 2009) ; Le fil des souvenirs (2013)

Nombre de pages : 519 pages

Prix : 7,90 €

Prix des lecteurs, sélection 2013

******

"L'été s'achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d'archéologie, a choisi de s'y rendre parce que c'est là que sa mère est née et a vécu jusqu'à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l'histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l'île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux... et son arrière-grand-mère y aurait péri. Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d'une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d'Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets... Bouleversant plaidoyer contre l'exclusion, L'Île des oubliés, traduit dans vingt-cinq pays et vendu à plus de deux millions d'exemplaires, a conquis le monde entier."

******

Par où commencer avec ce livre dont l'histoire s'étale sur quatre générations ?

Alexis, une anglaise d'origine crétoise d'une vingtaine d'année, va partir en vacance en Crète avec son petit ami. Avant son départ, elle se décide enfin à demander à sa mère, Sophia, des informations sur ses origines, la seule chose qu'elle sait étant que sa mère a vécu à Plaka jusqu’à ses 18 ans. A son grand étonnement, Sophia accepte et lui remet une lettre pour une de ses vieilles amies restée là-bas, Fontini, lui demandant de raconter à sa fille tout ce qu'elle sait sur l'histoire de sa famille.

Commence alors pour Alexis un étonnant voyage à la découverte de ses origines, afin de comprendre son passé et pourquoi pas, son présent.

Ce roman est divisé en quatre parties, une pour chaque génération. La première est consacrée à Alexis, la deuxième à Eleni et Giorgis, ses arrières-grands-parents, la troisième à Anna et Maria, leurs deux filles, et enfin la quatrième à Sophia.

Giorgis est un petit pêcheur très attachant que la vie n'a pas épargné, mais qui ne se plaint jamais.

Eleni, qui est maitresse d'école, est très apprécié des habitants de Plaka ainsi que de ceux de Spinalonga, et son départ pour l'île a réuni et attristé tout le village.

Anna, qui est l'ainée, est égoïste et a un sale caractère, tout le contraire de sa petite soeur Maria qui est très altruiste et se dévoue à sa famille, faisant passer son bonheur personnel après celui de son père, quitte à renoncer à ses rêves.

On suit de près la vie de ces quatre personnages ainsi que celle des personnes qui gravitent autour d'elle. On voit une famille brisée lorsque Eleni découvre qu'elle est atteinte de la lèpre et doit quitter son mari et ses deux petites filles pour Spinalonga, l'île où tous les lépreux sont envoyés sans aucun espoir de retour. Pourtant, comme on va le découvrir avec elle, la vie à Spinalonga n'est pas si terrible que cela, et elle finit presque par s'y plaire, malgré la présence quotidienne de la maladie autour d'elle et sa famille qui lui manque. Mais la vie sur l'île n'est pas facile, le gouvernement donne peu de subventions et les malades, qui sont pour certains très faibles, n'ont ni eau courante, ni électricité, ni chauffage. En plus, l'une des règles de l'île m'a vraiment attristée : lorsque des couples de forment sur l'île (certains peuvent vivre des dizaines d'années avant que la maladie ne commence à les affecter vraiment) et qu'ils ont un enfant, si celui-ci est sain il est arraché à ses parents pour être adopté par une famille crétoise. L'île de Spinalonga, source : http://www.ferries.gr/excursions/spinalonga.htm

L'île de Spinalonga, qui a vraiment existé, est au centre de l'histoire, et on voit que l'auteure s'est vraiment documentée sur l'histoire de l'île, sur la lèpre, de même que sur les traditions grecques qui sont très détaillées et très présentes, donnant ainsi une dimension vraiment intéressante au livre. L'histoire des personnages se recoupe également avec l'Histoire : la guerre, l'occupation des allemands, l'amélioration des conditions de vie, le remède à la lèpre, ...

Ce roman est à la fois un mélange d'Histoire, de traditions, d'amour, de haine et de tristesse qui s'étale sur près de 70 ans et ne laisse pas indifférent, bien que parfois l'intrigue soit un peu "gnangnan", rapport aux nombreuses histoires d'amour.

******

"La vie des fillettes n'aurait pas été plus bouleversée si une tornade les avait emportées et déposées à Santorin. Elles suivaient une routine monotone, jour après jour, car seule une succession d'actions mécaniques leur donnait le courage de quitter leur lit le matin. Anna rechignait en permanence, s'interrogeant sur la raison d'être des choses ; Maria acceptait tout sans poser de questions. Elle savait que se plaindre ne servait à rien, sinon peut-être à aggraver la situation. Sa soeur ne possédait pas une telle sagesse." (p. 112)

"Mi-janvier, son père lui annonça que Fontini avait donné le jour à un garçon. Maria voulut connaître tous les détails.

- Comment s'appelle-t-il ? A quoi ressemble-t-il ? Combien pèse-t-il ?

- Mattheos, il ressemble à un bébé et je n'ai pas la moindre idée de son poids. A peu près autant qu'un sac de farine, je présume." (p. 356)

******


Victoria HislopConclusion : Un roman sympathique à lire, surtout si tu aimes l'histoire, mais dont l'intrigue essentielle reste les histoires d'amour sur fond de lèpre (pas très glamour hein ?). Ça n'empêche que j'ai passé un très bon moment et que je ne regrette absolument pas ma lecture :)

Kaamelott, Livre I, deuxième partie - Alexandre Astier

Kaamelott, livre I, deuxième partieAlexandre Astier, né en 1974 à Lyon, musicien de formation et également acteur, compositeur, réalisateur, monteur, scénariste, humoriste et écrivain, a rencontré un succès phénoménal dès 2005 avec Kaamelott, dont il est à la fois le créateur, le scénariste, le réalisateur et l'acteur principal.

Nombre de pages : 316 pages

Prix : 5€

******

"Parce que les dieux lui ont confié la mission sacrée de retrouver le Graal, Arthur, devenu roi incontesté de Bretagne en retirant Excalibur de la pierre, a réuni autour de la Table ronde, à Kaamelott, les plus preux chevaliers de son temps : Lancelot, Perceval, Karadoc, Bohort, Yvain, Gauvain, et d'autres. Malgré cela, la quête piétine depuis plusieurs années..."

******

Dans ce deuxième tome, qui reprend le chapitre II du livre I de Kaamelott (= la saison 1), on retrouve les boulets chevaliers de la Table Ronde, et le livre est illustré cette fois par la reine Guenièvre.Perceval-Karadoc

En plus de retrouver les dialogues de la série, on a la chance, dans ce tome, d'avoir trois épisodes inédits qui ne sont pas dans la série :)

Alors là franchement, je vois pas ce qu'il te faut de plus !

Les dialogues sont toujours aussi drôles, et c'est vraiment un plaisir de retrouver Arthur, Guenièvre, Perceval, Karadoc, Léodagan, Séli etc.

******

"Arthur tente d'expliquer à ses Chevaliers la responsabilité morale qui leur incombe.

ARTHUR  - Vous faites partie des personnes les plus chanceuses au monde, bande de nuls ! Comparés à tous ces cons-là qui passent leurs journées les pieds dans la merde et qui finissent alcooliques à quinze ans et demi, vous, vous avez un destin.

KARADOC - Nous ?

ARTHUR - Oui, vous, oui ! A qui je parle ?

PERCEVAL - Mais quel genre de destin ?

ARTHUR - Le Graal, crétins ! La Lumière Divine, la Mission Sacrée ! A ces gens-là, vous devez leur apporter la salvation ! Personne n'en a rien à foutre que vous buviez des coups avec ! Vous êtes pas dans le social, que je sache ! Alors, reprenez votre place à la Table Ronde, la vraie." (pp. 130-131)

******

Conclusion : Ce livre est donc un bon investissement (5€, c'est pas la ruine) pour emporter partout avec soi l'univers de Kaamelott et se fendre la poire en retrouvant ses personnages préférés :)

kaamelott-image.jpg

Le secret de la bête du gevaudan, Tome 1 - Jean-Claude Bourret

Le secret de la bête du gevaudan - JC BourretJean-Claude Bourret est journaliste et écrivain.

Julien Grycan est dessinateur de BD depuis plus de 20 ans, il a travaillé sur la série animée télévisée Tintin. Il a également été l'assistant de Gilles Chaillet sur Vasco. Il est un habitué de l'univers de Jacques Martin avec lequel il a travaillé sur des dessins de reconstitution historique.

Nombre de pages : 64 pages

Prix : 15€

******

"De 1764 à 1767 une bête féroce inconnue sema la terreur en Gévaudan, tuant ou blessant près de deux cents personnes dont de nombreux enfants. Malgré la mobilisation considérable des autorités, malgré la décision du Roi Louis XV d'envoyer ses meilleurs chasseurs de loups, la bête a sévi trois ans dans cette belle région de France, qui fut terrorisée par les ravages du monstre. On a cru l'avoir tué plusieurs fois, mais le monstre renaissait aussitôt, aggravant la terreur qu'il inspirait! Jean-Claude Bourret a enquêté pendant plus de vingt ans sur cette extraordinaire page de l'histoire de France. Il a réuni tous les documents officiels de l'époque et il est parvenu à percer le mystère de cette bête sur laquelle tant d'hypothèses ont été avancées...Une hyène dressée? Un noble dévoyé et pervers vêtu de peaux de loups? Un chien de combat revêtu d'une cuirasse? Un monstre venu d'une autre planète? Tant d'hypothèses ont été émises! Mais la vérité apparaît de façon incontestable à travers l'enquête rigoureuse menée par le journaliste, dont les arrières-arrières grands-parents, agriculteurs de la région, ont vu passer la bête... C'est ce que vous découvrirez dans les deux tomes du "Secret de la bête du Gévaudan" dessinés par Julien Grycan. Une histoire vraie extraordinaire!...et passionnante !"

******

Il y a quelques temps, j'ai commencé à m'intéresser à la légende de la bête du Gévaudan. En effet, comment ne pas être interpellé par cette histoire qui se passe au XVIIIe siècle, avec une bête mystérieuse et invincible qui a attaqué près de 200 personnes, tout ça dans une région de France qui n'existe plus ?

Du coup, je me suis acheté plusieurs livres sur le sujet, et j'ai commencé avec cette BD dont on vante les recherches de l'auteur sur le sujet.La bête

Il faut que tu saches que quand un sujet me passionne, je lis tout ce que je peux sur le sujet sur internet (Google est mon ami), jusqu'à ce que j'en ai fait le tour et que je me décide à acheter un livre qui sera plus complet. En l'occurrence, cette BD, qui m'apparaissait donc comme idéale.

Et pourtant !

Les dessins sont assez simples et je n'en suis pas spécialement fan, mais c'est avant tout une question de goût alors je ne dirais pas que c'est un défaut. Ma seule remarque concerne les filles dessinées, qui ressemblent trait pour trait à des hommes, et à chaque fois je me suis faite avoir. Heureusement que leur identité est précisée dans les phylactères (bulles) du haut qui font la narration.Extrait

Les dialogues sont assez rares et les onomatopées très présentes, bien que parfois ridicules (une petite fille se fait attaquer par la bête et s'enfuit en criant "hiiiiiiiiiii"). Je ne sais pas pour toi, mais moi ça me fait penser aux onomatopées des Tom-Tom et Nana qu'on lisait quand on était petits.

Enfin bref, passons au contenu.

Eh bien pour une BD documentée par 20 ans d'enquête, je trouve le contenu un peu pauvre. Avec mes recherches internet, qui ont duré au moins 1h, j'ai l'impression d'en avoir appris autant que l'auteur sur le sujet. Du coup, cette BD ne m'a pas apporté grand chose de plus, et c'est ce qui m'a déçue. Bien sûr, les recherches de l'auteur sont sûrement de source sûre (contrairement à ce qu'on trouve sur le net) mais quand même.

Je pense cependant que le tome 2 sera plus riche et plus complet, car l'auteur nous y révèle ce qu'il pense être la véritable identité de la bête, fruit de ses longues recherches ; je pense donc que là, ce sera vraiment intéressant, car cette partie de l'histoire a de nombreuses versions et je me demande laquelle il a choisie.

Jean-Claude BourretConclusion : Je dirais que Le secret de la bête du Gévaudan est une BD sympa pour passer le temps, mais à proscrire si on veut vraiment se documenter sur le sujet. J'attends quand même le tome 2 pour me faire une idée définitive :)

L'apprenti épouvanteur - Tome 1 - Joseph Delaney

L'pprenti épouvanteur - T1- Jospeh DelaneyJoseph Delaney est né en 1945 à Preston, en Angleterre. Il a tout d'abord exercé la profession de professeur d'anglais spécialisé en littérature fantastique. Sa carrière d'écrivain a commencé avec le livre Mercer's Whore sous le pseudonyme de J. K. Haderack. Spécialisé dans les romans de jeunesse, il a ensuite utilisé son véritable nom pour écrire le cycle The Wardstone Chronicles (littéralement « Les Chroniques de la pierre des Ward ») connu officieusement comme la série de l'Épouvanteur. Il vit en Angleterre avec sa famille dans le Lancashire, où il puise son inspiration pour son œuvre.

Nombre de pages : 275 pages

Prix : 13,50€

Site sur la série ici.

******

"L’Épouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable."

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

******

Tout d'abord, je vais te répéter l'avertissement écrit sur la 4e de couverture, afin que tu sois tout de suite plongé(e) dans l'ambiance et que tu sache à quoi t'attendre :

"Attention, histoire à ne pas lire la nuit..."

"Pour les lecteurs avertis."

"Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de perturber les jeunes lecteurs."

Bon, je te rassure, ces avertissements sont un peu exagérés. C'est vrai qu'il y a beaucoup de scènes où il y a du sang, de gens qui meurent etc, mais autant j'ai horreur du sang en général, autant là, ça ne m'a absolument rien fait. Donc pas de soucis de ce côté là.

Maintenant, laisse-moi te parler de la couverture, que je trouve superbe. La photo ne lui rend pas justice, mais il s'agit d'une imitation cuir, avec les écritures et le dessin en relief, et qui est du plus bel effet dans une bibliothèque. J'adore l'esprit épuré, ça change des romans de fantasy qu'on trouve en librairie et qui se ressemblent tous, et c'est d'ailleurs grâce à ça que j'ai repéré ce livre.

Tom Ward est le septième fils d'un septième fils, et en cette qualité il ressent des choses que seuls les septièmes fils ressentent (un grand froid lors de l'approche de l'obscur, la capacité de voir les esprits...), ce qui les privilégie pour devenir épouvanteurs. Cependant, avant de pouvoir lutter seul contre les forces de l'obscur, un futur épouvanteur doit d'abord être en apprentissage durant cinq ans chez un autre épouvanteur. Les habitants du Comté, bien qu'ils fassent appel à eux pour les débarrasser des esprits et autres gobelins qui les harcèlent, craignent les épouvanteurs et font tout pour les éviter, craignant qu'ils n'attirent l'obscur chez eux. On peut donc comprendre que le jeune Tom ne soit pas hyper jouasse à l'idée de devenir l'apprenti de John Gregory et d'en faire son métier. Cependant, sa mère, qui n'est pas tout à fait comme les autres, l'encourage dans cette voie car d'après elle, son fils va devenir le plus grand épouvanteur jamais connu, le premier à faire trembler l'obscur, le seul espoir du Comté. Il a donc une lourde responsabilité et sa tâche ne sera pas de tout repos.

Dans ce premier tome, Joseph Delanay plante le décors pour ses futurs tomes et met en place l'intrigue principale de la série : Qui est vraiment la mère de Tom ? Qui est cette mystérieuse  Alice ? Et pourquoi Tom serait le seul à pouvoir se dresser contre l'obscur ? A côté de cela, on assiste aux premiers pas de Tom en tant qu'apprenti épouvanteur, ses doutes, ses craintes, son envie fréquente d'abandonner ainsi que ses erreurs de débutant ; on apprend également beaucoup de choses sur le monde de l'obscur, en particulier à propos des sorcières. Tom n'a que 12 ans, et comme c'est lui le narrateur, je trouve que cela se ressent un peu. Heureusement il gagne en âge (forcément) et en maturité à chaque tome, et ceux-ci sont de mieux en mieux !

J'aime beaucoup la narration et la façon d'écrire de Joseph Delaney. Son écriture est simple, sans chichi, et elle rend bien compte de l'état d'esprit de Tom.

Les livres finissent toujours de la même manière : Tom nous explique avoir écrit ce récit de mémoire et expose sa situation actuelle.

Ce livre se lit d'une traite car l'histoire est vraiment captivante (et aussi parce que c'est écrit gros :) ). Une fois que tu l'auras commencé, tu ne pourras plus le lâcher et tu voudras absolument connaître la suite (il y a neuf tomes pour l'instant, treize sont prévus, il me semble).

"Nous sommes l'un et l'autre le septième fils d'un septième fils, et nous avons le don de voir ce que les autres ne voient pas. Ce don est parfois une malédiction. Si nous avons peur, certains êtres se nourriront de cette peur ; notre peur les rend plus forts. Le seul moyen de leur tenir tête, c'est de te concentrer sur ce que tu vois et de cesser de penser à toi. C'est toujours efficace." (p. 31)

"J'ai écrit ce récit de mémoire, en me servant également de mon cahier et de mon journal. (...) Je ne suis qu'un apprenti, mais un jour, je serais l'épouvanteur." (p. 275)

joseph-delaney.jpgConclusion : Un livre prometteur et captivant, avec des personnages très attachants. Pour tout te dire, ça fait bien longtemps que je n'avais pas été autant emballée par une série (la dernière fois, c'était Everworld, par K. A. Applegate) !

P.S. : Je trouve que Joseph Delaney ressemble beaucoup à l'idée que je me fais de John Gregory :)

Et voici l'autre couverture, celle sortie aux États-Unis, Angleterre et compagnie je crois. Alors, laquelle tu préfères ? Pour moi il n'y a pas photo, la nôtre est terriblement plus classe !

The spook's apprentice - T1

Kaamelott, Livre I, première partie - Alexandre Astier

kaamelott, Livre I, t1 Alexandre Astier, né en 1974 à Lyon, musicien de formation et également acteur, compositeur, réalisateur, monteur, scénariste, humoriste et écrivain, a rencontré un succès phénoménal dès 2005 avec Kaamelott, dont il est à la fois le créateur, le scénariste, le réalisateur et l'acteur principal.

Nombre de pages : 317 pages

Prix : 5€

******

"Parce que les dieux lui ont confié la mission sacrée de retrouver le Graal, Arthur, devenu roi incontesté de Bretagne en retirant Excalibur de la pierre, a réuni autour de la Table ronde, à Kaamelott, les plus preux chevaliers de son temps : Lancelot, Perceval, Karadoc, Bohort, Yvain, Gauvain, et d'autres. Malgré cela, la quête piétine depuis plusieurs années..."

******

Evidemment, en tant que fan de Kaamelott, je ne pouvais pas passer à côté de ces bouquins, qui reprennent les dialogues originaux de la série livre par livre.

Le principe est simple, deux livres par saison, soit un livre par chapitre (tu suis toujours ?), puisque les saisons de Kaamelott sont appelées "livres" et divisées chacune en deux "chapitres", sauf les livres V et VI. Les deux livres d'une saison sont illustrés par un "couple" emblématique : Arthur et Guenièvre pour le livre I, Perceval et Karadoc pour le livre II, Léodagan et Séli pour le livre III...

Alors, tu vas me dire, quel intérêt ? Eh bien déjà, le plaisir de retrouver le côté drôle et décalé de la série sans avoir à être devant sa TV (dans le bus, le train, au boulot ...). En plus, ce sont les dialogues originaux, ce qui veut dire qu'ils diffèrent légèrement des dialogues de la série, et c'est super de découvrir les textes de base, et donc des répliques inédites ;)

Ce tome contient également un entretien  avec Alexandre Astier, qui parle de la façon dont il a mis en place les épisodes de la série, et qui n'est pas mal non plus.

Il y a juste une chose que je n'ai pas bien comprise, pourquoi mettre une photo du livre V pour illustrer le livre I  ? Si quelqu'un peut m'éclairer... ?

******

"PERE BLAISE - Avant tout, messire Bohort désirerait soumettre un problème à l'assemblée.

ARTHUR (à Bohort) - Allez-y, Bohort.

BOHORT - Plus qu'un véritable problème, ce serait plutôt une remarque.

LEODAGAN - Je sens que ça va encore être capital...

ARTHUR - Non, beau-père, s'il vous plaît... (à Bohort) On vous écoute.

BOHORT - C'est à propos du Graal.

ARTHUR (agréablement surpris) - Du Graal ! Ah, très bien ! Pour une fois que c'est pas moi qui mets ça sur le tapis...

BOHORT - Nous sommes d'accord pour dire que depuis le début de cette Quête, nous sommes à la recherche d'un vase ou d'une coupe. N'est-ce pas ?

Quelques chevaliers acquiescent.

BOHORT - Bon. Et bien d'après mes derniers renseignements, il serait tout à fait possible que le Graal ne soit ni un vase, ni une coupe mais... un récipient !

Arthur ravale sa déception.

ARTHUR - Ca fait plaisir de voir que ça avance." (p 124)

******

Conclusion : Ce livre est donc un bon investissement (5€, c'est pas la ruine) pour emporter partout avec soi l'univers de Kaamelott et se fendre la poire en retrouvant ses personnages préférés :)

Kaamelott, Livre I, t1

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site